Vive le vent, vive le vent, vive le vendredi!

Je sais, on ne plaisante avec les fêtes de Noel, sauf en Martinique. Et cette phrase « vive le vent, vive le vent, vive le vendredi » est une célèbre phrase d’une ritournelle de chez moi. Parce qu’ici, comme je vous l’ai dit dans mon dernier article, tout est prétexte à faire la fête ou à rire. Et Noel n’échappe pas à cette règle. Bienvenu dans le monde féerique de Noel à la Martinique. 

NM4

©canalblog

 

Premièrement, remettons-nous dans le contexte : au mois de décembre, il fait en moyenne 30 degrés ici. Mais le soir, il fait un peu frais : 26-27 degrés… Je vois déjà votre sourire en coin. Oui pour un Martiniquais descendre sous la barre des 28 degrés, c’est la possibilité de nous voir avec un pull. Donc, ayant en tête, cette première information climatique, essayons de nous projeter au pays des rennes. On se concentre… Ok, je vous l’accorde, c’est impossible. Même « mon beau sapin » a un effet poisson d’avril ici.
Après ce constat, nous avons donc décidé qu’il fallait adapter les fêtes de fin d’année à cette île magnifique et non l’inverse. Ce qui signifie que Noel à la Martinique ne ressemble à aucun autre endroit sur Terre. Et ça c’est plutôt génial. 

NM5

©elle.fr

Pour vivre un Noel made in Madinina, il vous faut : un bikini ou un short de bain (les slips de bain étant proscrits de l’île depuis la fashion week de 1800), une protection solaire et bien sûre des lunettes de soleil. Ca, c’est la tenue pour la journée. Pour la soirée, on se couvre un peu plus (jeans, jupe, short, robe, etc…). Une fois que vous avez la tenue adéquate, laissez-vous porter par l’ambiance conviviale de l’île.

Noel, comme un peu partout dans le monde est synonyme de grande tablée. Ici, c’est pire qu’ailleurs. Si pour le réveillon du 24, vous aviez prévu d’être une dizaine à table, dites vous qu’il y aura de la nourriture pour toute l’île de France et ses alentours. Noel, c’est avant tout le partage, la communion avec les gens que nous aimons et ceux qui en ont moins. Peu importe où vous irez, il y aura toujours de quoi manger. Entre pâtés salés, boudins créoles, le fameux jambon de Noel, le ragout de cochon avec ses pois d’angoles, le shrubb et le punch coco, vous avez plutôt interêt à être prêt. 

 

La Martinique ne serait pas ce qu’elle est sans musique. Et de la Toussaint au 24, nous avons cette période des « chanté nwel« . À l’époque, nous allions chez le voisin qui organisait ce chanté nwel avec de quoi manger et boire et s’en suivait des heures de ritournelles façon caribéennes. Aujourd’hui, les soirées chez l’habitant ont laissé la place à de grandes soirées avec des centaines de personnes. 

Mais rassurez-vous, même si nous ne sommes pas au coin du feu pour le réveillon, il y a toujours un sapin qui trône au milieu du salon. Et même s’il fait 30 degrés, on a aussi droit au échange de cadeaux. Et oui, le monde est injuste. 

Noel à la Martinique ou l’art de vivre un Noel pas comme les autres.

NM1

©tropicme

 

Thia