Martinique: Madinina number #1

(Esy Kenenga « Madinina number 1 »)

J’ai voulu terminé cette année en parlant de mon île. Pendant, ce mois de décembre, je vais essayer de vous faire découvrir la Martinique que j’aime, celle qui me fait rêver. Alors oui, elle n’est pas parfaite, mais son imperfection la rend unique et attachante. Venez, je vous emmène découvrir un petit coin de paradis…

L’île aux fleurs, comme on l’appelle ici, est un département d’outre-mer français, situé à plus de 7000km de la métropole (environ 8h en avion) dans la mer des Caraïbes. Petite île de moins de 400 000 habitants, elle se caractérise par sa multitude de paysages. Un panel de couleur allant de sa forêt luxuriante verte à ses plages dorées. Sans oublier sa mer d’un bleu magnifique évidemment. En Martinique, de mai à novembre, la saison des pluies rythme le quotidien des Antillais entre dépressions cycloniques, tempêtes, cyclones et ouragans. Le carême quant à lui, est la saison sèche de l’île, de février à avril et c’est une période où il fait excessivement chaud. 

La population multi-ethnique de la Martinique lui confère une richesse culturelle énorme. De par son passé, le brassage ethnique débute dès l‘arrivée des awaraks sur l’île. S’en suivent les Indiens caraïbes et par la suite les Africains pendant la période d’esclavage mis en place par la création du code noir qui sera définitivement aboli en 1848.

Même si le français est parlé sur toute l’île, le créole martiniquais est la seconde langue la plus parlée ici. Une langue aux intonations chantantes qui vous met tout de suite de bonne humeur. L’humeur d’ailleurs sur l’île est joyeuse et festive. On vous accueillera toujours avec un « Bonjour » et attention à vous si vous entrez quelque part sans saluer les personnes qui s’y trouvent. Le « tchip » national (longue onomatopée pouvant signifier tout et n’importe quoi) vous fera très vite comprendre votre erreur. 

À Madinina, la vie caribéenne est rythmée par le Zouk (rendu célèbre par Kassav: l’un des plus grands groupes français dans le monde premier groupe français à avoir joué au stade de France non ce n’est pas Indochine, mais je ne vous en veux pas). Mais pas que, le reggae et la dancehall ont aussi une part importante dans la culture antillaise. Je vais encore vous décevoir, mais ici personne ne danse sur la compagnie créole ou du Francky Vincent. Une nouvelle vague d’artiste cartonne d’ailleurs ici, avec une musique plutôt caribéenne. Tout est prétexte à faire la fête et de grandes manifestations sont devenues des incontournables : le carnaval avec ses costumes colorés et ses soirées énormes. Pâque, ou la nourriture est mise à l’honneur. Les grandes vacances avec son tour des yoles (petite embarcation pas loin du gommier avec laquelle on fait le tour de l’île pendant une semaine) connu dans le monde entier qui rassemble la Martinique entière. La Mercury Beach, festival rassemblant chaque année des milliers de fêtards venus du monde entier. Et les fêtes de fin d’année (et oui, on chante vive le vent en bikini aussi) mélange d’orgasme culinaire et de ritournelles (chants de Noel martiniquais). 

Le parc hôtelier sur l’île n’est pas le meilleur au monde, mais vous avez un large panel d’hébergement à votre disposition. Chez l’habitant reste pour moi, le meilleur choix (air bnb). Mais vous avez évidemment des hôtels pour tous les budgets partout sur l’île. Depuis quelques années, ce petit bijou s’ouvre au monde. Des croisières avec départ ou arrivée à Fort de France (la capitale). Mais aussi une multitude de vol au départ de la métropole, de Francfort et des Etats-Unis sans oublier le Canada. Une voiture est obligatoire pour vous déplacer et vous trouverez votre bonheur sur place. 

Qui dit île paradisiaque, dit farniente, mais pas que. Pratiquement tous les sports nautiques (plongée sous-marine, surf, kitesurf, kayak, paddle, etc.) se pratiquent ici. Les randonnées sont aussi un bon compromis pour découvrir les richesses cachées de l’île. Et après le sport, le réconfort, direction la cuisine. 

L’art culinaire martiniquais est un savant mélange entre toutes les influences qui bercent l’île : caraïbes, européennes, africaines et indiennes. Le poulet et le porc sont les viandes que l’on retrouve le plus facilement. Le poisson y est aussi très présent que se soit grillés, boucané ou en court-bouillon. Le lambi, le chatrou et le crabe sont très appréciés également. Les légumes « péyi » tels que le fruit à pain, les dachines, le ti-nain, etc. sont privilégiés aux très basiques pâtes et riz. La cuisine martiniquaise est une cuisine plutôt épicée et très goûteuse. Les desserts ne sont pas en reste : blanc manger coco, sacristins, pâtés à la confiture et le très célèbre « pain au beurre chocolat » (une tuerie). 

Pour accompagner tout cela, le ti-punch vous mettra tout de suite dans l’ambiance. En version plus douce, le planteur (jus de fruits et rhum) est une excellente option pour les palais plus sensibles. Vous avez également des jus de fruits frais (ananas, mangue, prune de cythère, fruit de la passion, carambole, etc.) et l’incontournable eau de coco (à boire matin, midi et soir). 


La Martinique est cependant une île ou le coût de la vie est excessivement cher. Donc, il vous faudra prévoir un budget conséquent pour profiter pleinement de votre séjour. Étant un département français, votre pièce d’identité vous suffira sauf si vous pensez vous rendre dans les îles anglophones voisines, dans ce cas votre passeport sera obligatoire. Concernant votre forfait mobile, pas besoin de le changer puisque nous sommes en Europe et qu’il y a la 4G partout sur l’île. 

Et si malgré tout ça, vous n’êtes pas convaincu, je vous direz, très humblement que la Martinique, on l’adore ou on la déteste. Si vous êtes curieux des traditions, des cultures, respectueux des us et coutumes, que vous avez envie d’apprendre de l’autre, alors vous allez adorer la Martinique. Il y aura toujours une porte ouverte, une main tendue. Nous sommes comme ça ici. Alors si c’est votre vision du voyage: venez, vous n’en partiez plus

Thia