Gino Fidelin… un coach pas comme les autres

gino 4.jpg

Cette rencontre aurait pu ne jamais avoir lieu, mais les astres en ont décidé autrement. Aujourd’hui, j’ai envie de parler d’une personne qui a changé ma vie. J’ai envie que vous la découvriez à travers mes yeux. Rencontre avec un ange Rencontre avec Mr Gino Fidelin.

Tout a commencé il y a quelques années par un message de ma part, sur Facebook: « Besoin de conseils, j’ai des courbatures atroces ». Je vivais à cette époque aux Etats-Unis et j’avais décidé de reprendre le sport. Comme toute novice qui se respecte, sans aucune connaissance en la matière, mais voulant ressembler à Jen Selter, j’ai tout donné dès le premier cours. Résultats des courses : impossible de rire (tablette de 23- 6, c’est pour les fainéants), de marcher (si comme un canard), de lever le bras. Et c’est à cette période que je fais la connaissance de Gino. Il changera le cours de ma vie.

gino 1

Dynamique, travailleur, accessible sont des adjectifs qui caractérise cet hyperactif. Enfant, déjà, le sport lui permet de canaliser toute cette énergie. Dès son plus jeune âge, il s’essaie à toutes les pratiques sportives. Le golf est le seul qui ne testera pas. Mais son sport de prédilection reste la natation, qu’il pratique pendant une vingtaine d’années. La pratique du sport dès le plus jeune âge, lui apprend également le respect des autres et des règles, la rigueur. Mais c’est aussi le meilleur moyen qu’à un enfant de se développer physiquement et socialement selon lui.

Il y a des rêves qui ne restent que du domaine du rêve. Et il y a ces rêveurs qui décident de faire de leurs rêves une réalité. Gino fait partie de ceux-là. Son rêve, petit, était de devenir prof de sport, il sera coach sportif. Mais, il ne le doit qu’à lui-même et certainement pas à son conseiller d’orientation qui l’oriente vers de l’électro-technique (vive l’école). Avant de devenir le coach qu’il est aujourd’hui, il travaille dans différents clubs, mais son manque de liberté ne le satisfait pas. Il a besoin de créer, mais l’opportunité n’est pas encore là. Alors il fait une pause. Une pause de neuf mois. Il part d’abord un mois pour une mission humanitaire au Bénin. Il travaille ensuite avec un service kiné pour aider des athlètes et il forme par la suite, des jeunes aux activités physiques et sportives et de loisirs pour les enfants. Ces jeunes formés sont chargés d’aider des enfants orphelins depuis cinq ans.

gino3.jpg

Cet épisode de sa vie le bouleversera à tout jamais. Tout d’abord, il prend conscience de son passé en tant qu’homme noir. Son passé fait de lui un homme fort et fier. Il revient de ce voyage, profondément changé. Il sait ce qu’il fera de sa vie : il va créer son entreprise, Bootcamp (entraînement militaire en plein air) et être coach sportif. À travers cette entreprise, c’est une nouvelle façon de faire du sport qu’il propose. Des cours accessibles à tout le monde, quel que soit le niveau sportif et surtout dans une bonne ambiance. Pour lui, tout est d’abord une question de motivation. Tout se joue au niveau du mental. Ensuite, lui, nous permet de nous dépasser à chaque entraînement à travers son émission télé de coaching privé ou de ses séances de Bootcamp.

À mon retour en Martinique, j’ai eu la chance de faire partie de ses élèves. Ce n’était pas gagné d’avance. Ma motivation dépendait des jours de pleine lune (en soit pas très souvent, surtout à 6h du matin). Mais cet homme a le don de vous pousser dans vos retranchements. À tirer le meilleur de vous. Jamais, je n’aurai pu atteindre le niveau que j’ai eu avec lui, avec un autre. J’ai eu mal, j’ai eu les larmes aux yeux, j’étais à bout de souffle, mais a chaque fois, en partant de ses cours, j’avais le sentiment d’avoir dépassé un peu plus mes limites. Surtout, il a fait de moi, une femme nouvelle. Nos cours commençaient tout le temps par : « Gino, c’est trop dur, je ne pourrais pas ». Évidemment, il y avait plusieurs variantes à cette phrase (j’ai énormément d’inspiration). Tout était trop compliqué, j’étais trop faible, pas au niveau et j’en passe. Et à chaque fois, que je me rabaissais d’une façon ou d’une autre j’avais droit à un 200 mètres quand il était de bonne humeur ou 50 burpees quand il pétait la forme. Et à chaque fois, il trouvait les mots pour me montrer que j’étais loin d’être nulle. Grâce à lui, j’ai appris à me faire confiance, à croire en moi et à mon potentiel. J’ai appris à voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. J’ai appris à relativiser les choses. À voir les choses de manière positive. J’ai appris que j’étais mon pire ennemie, mais surtout ma plus grande force. J’ai appris que j’étais quelqu’un de bien. Je pensais avoir payé pour avoir des abdos et un joli petit cul, j’ai terminé ses cours en étant une femme heureuse et épanouie… Et ça, ça n’a pas de prix.

PS: depuis la fin de mes entraînements, je suis fan de mon cul ! Et comme dirait ma copine Annie-Laure: « On sait que Gino est passé par là »!!!

gino2.jpg

« TOUJOURS PLUS LOIN, TOUJOURS PLUS HAUT »

Gino Fidelin

Tél: 0696217272

tsa972@gmail.com

bootcampacademy.fr

Insta: tropicsporattitud

Facebook: tropicsport972

Thia